"Papa, maman, pendant les vacances, j'ai besoin de relaxer."

Publié le 12/6/2019 9:14:15 PM par Claudia de Cassioprof


/blogue/Papa maman Vacances relaxer.png


Dring! Driiiiiiiiiiiiiing! Le cadran sonne… encore.

Depuis déjà quelques semaines, toute la famille doit se lever, parfois aux petites heures du matin, pour enchainer, à la hâte, tous les préparatifs de la routine du matin. Vite, je dois m’habiller et aider ma petite sœur pendant que maman ou papa s’occupe du bébé. Ensuite vient le moment de déjeuner, mais nous n’avons pas le temps de couper des fruits frais… seulement un déjeuner rapide et peu salissant parce que je n’aurai pas le temps de me changer si je me renverse du yogourt partout sur le chandail.

Bien souvent, vous devez courir pour préparer les lunchs, votre café et, si vous êtes chanceux, prendre un petit déjeuner à la course en mettant du mascara ou en attachant votre cravate. Manger toute la famille semble une légende urbaine ou encore un mirage bien lointain! Après m’avoir demandé trois fois si j’avais terminé de manger, j’embraye et je termine mon assiette en vitesse pour enfin aller brosser mes dents #SinonMamanNeSeraPasContente!

On attrape notre sac à dos et notre boite à lunch et on se met en direction de l’école en espérant ne pas trop être coincé dans le trafic parce que bébé a vomi sur la chemise de maman juste avant de partir et nous sommes en retard. On me dépose à l’école, deux bisous sur les joues et hop au service de garde. Là-bas, mes amis m’attendent et les éducateurs nous proposent une foule d’activités.

La cloche sonne et tout le monde sort prendre l’air un peu avant de commencer les classes. Les enseignants nous accueillent avec le sourire et le plan de la journée bien établi au tableau. À l’école, on n’a pas le temps de niaiser! Mais je suis habitué, je n’ai pas plus le temps le matin. Les apprentissages défilent et mon cerveau ressemble bientôt à la compote de pommes qui m’attend sagement dans ma boite à lunch.

Enfin, la cloche du diner sonne pour aller me changer les idées un petit peu! J’empoigne ma boite à lunch au passage et je me dirige rapidement (mais en marchant, il faut quand même respecter les règlements de l’école), vers le service de garde. J’ai environ 25 minutes pour ingurgiter le contenu de ma boite à lunch avant que l’autre groupe de plus vieux vienne utiliser le local après nous.

Tout de suite après diner, Monsieur Piano m’attend pour mon cours de parascolaire sur l’heure du diner. On est parti pour un petit cours de 45 minutes à pratiquer la musique. La cloche sonne, j’ai quelques minutes pour aller rejoindre mes amis dehors avant le retour en classe. L’après-midi est tout aussi rempli que les périodes matinales. Anglais, mathématique, français, univers social, sciences, éthique, culture religieuse, arts, éducation physique, musique et autres… nous n’arrêtons jamais. La dernière cloche de la journée se fait entendre et je retourne au service de garde vous attendre avec impatience!

Je vois enfin le sourire de maman qui m’accueille avec une accolade chaleureuse, qui s’informe de ma journée et qui me dit de prendre mes choses parce qu’on doit aller chercher bébé à la garderie. Rendu à la maison, je fais mes devoirs en même temps que vous cuisinez le souper entre deux questions sur les leçons, deux chatouilles au bébé en même temps de couper 3-4 branches de céleri. On mange, on fait la vaisselle, on prend notre bain, on lit une histoire, on brosse nos dents et tout le monde au lit! Bang, bang, bang!

Mais voyez-vous, maman et papa, il m’arrive de m’ennuyer de vous au point de perdre un petit peu mon temps au moment de me coucher. Je n’ai pas vraiment soif quand je vous demande un verre d’eau pour la 283745291e fois, mais j’ai la chance de pouvoir voir encore une fois vos yeux bienveillants, sans être pressé parce qu’une autre activité nous attend. Je réussi enfin à m’endormir après mon 283745291e câlin et tout est à recommencer demain.

Peut-être que vous êtes essoufflés à lire ces quelques lignes.

Moi aussi.

Papa, maman, je sais que vous faites tout en votre pouvoir pour subvenir à nos besoins, que vous nous aimez tellement que vous travaillez pour nous apporter ce qu’il y a de mieux. Papa, maman, pendant les vacances, ne vous sentez pas obligés d’organiser des activités à tous les jours. Moi aussi j’ai besoin de recharger mes batteries. Même si je ne suis inscrit à un cours de ski, que je ne participe pas à toutes les activités organisées par la ville et que nous ne partons pas dans un chalet pendant une semaine... je serai heureux!

Quand je joue avec mes frères et sœurs, j’apprends l’importance de la fratrie, les différentes limites de chacun et je stimule ma créativité en inventant toutes sortes d’histoires.

Quand j’invite des amis à simplement jouer à la maison, sans feux d’artifices et de confettis qui tombent du plafond, j’apprends à créer des liens durables, à consulter l’opinion des autres et à respecter les intérêts de tous.

Quand je joue seul dans ma chambre, j’apprends à me débrouiller, à rêver et à réaliser des projets de manière autonome.

Quand je passe du temps avec vous, je pratique des tâches qui me seront utiles pour le reste de ma vie comme cuisiner ou faire le ménage, vous m’enseignez tout ce qui ne se trouve pas au programme de l’école et j’apprends à avoir confiance en moi à travers votre regard de parent aimant.

Papa, maman, pendant les vacances, laissez-moi relaxer, s’il-vous-plait! J’en ai tellement besoin.

Je vous aime.

Votre enfant