Livraison gratuite pour les commandes de 100$ et plus (avant taxes, excluant la livraison)


Note à moi-même il y a 5 ans : arrête d'avoir peur des parents

Publié le 9/18/2018 1:49:54 PM par Claudia de Cassioprof


/blogue/man-standing-beside-his-wife-teaching-their-child-how-to-1128318.jpg


Je me souviens, quand j’ai commencé à enseigner, du haut de mes quatre petites années de baccalauréat, je redoutais le moment d’appeler des parents comme la peste. Tsé les épidémies d’Ébola… RIEN LÀ! Mais appeler des parents… Oh seigneur! Je pense qu’on m’aurait offert de donner mes deux poumons « à frette » que j’aurais dit oui. C’est peu dire, j’étais très anxieuse à l’idée de prendre l’effrayant téléphone et de composer le numéro de l’élève coquin qui m’avait fait suer aujourd’hui. Au contraire, j’envisageais fortement de m’enrouler le fil torsadé autour du cou! #blague

Bon, j’en mets (à peine!).

Depuis que je suis devenue maman, que j’ai dû visiter des garderies pour choisir laquelle conviendrait le mieux à la personnalité de mon bébé, nos attentes de parents et notre réalité de famille. Depuis, j’ai un regard bien différent sur les parents de mes élèves. À l’école, à moins de choisir une école privée, les parents n’ont aucun droit de regard sur l’enseignant qui s’occupera de leur petit trésor pendant toute l’année. Il est donc PRIMORDIAL d’établir une relation de confiance dès le départ. 

Ce que veulent vraiment les parents

Non, les parents ne veulent pas de caméras dans la classe pour espionner tous tes faits et gestes. Non, les parents ne veulent pas analyser chacun de tes examens pour en trouver la moindre erreur afin de pouvoir te poursuivre en cours! Ce que les parents veulent vraiment, c’est le bien de leurs enfants. Jamais, au grand jamais, j’ai entendu un parent dire « Moi, mon enfant, je veux qu’il échoue dans la vie. Je veux qu’il se plante solide et qu’il soit un moins que rien. » Jamais. Et si tu entends ça, Google le numéro du Département de la Protection de la Jeunesse de ta région, s’il-te-plait! Quand tu es un parent, tu souhaites plus que tout que ton enfant soit bien, en confiance et qu’il évolue à l’école.

Depuis le début de ma carrière, j’ai aussi constaté que les parents veulent comprendre. Comprendre le fonctionnement de ta classe, comprendre l’intervention que tu as faite avec son enfant à la récréation, comprendre tes méthodes d’évaluation, TE comprendre. J’estime tout à fait légitime de vouloir comprendre l’enseignant de son enfant. Alors si un parent te pose une question, sur n’importe quel sujet de ta pratique, prend le temps de lui répondre. Tu vas bâtir, petit à petit, une relation de confiance. Si tu essaies de danser une valse avec une personne qui ne s’y connait pas, tu vas te faire piler sur les pieds. Montre lui à danser avec toi!

Depuis tantôt, je parle de la confiance et de son importance. S’il y a quelque chose que je veux que tu retiennes de cet article, c’est bien ces neuf petites lettres. Les parents te confient la prunelle de leurs yeux, leurs chérubins, alors accueille ce privilège de manière bienveillante. Les enfants ont des petites antennes invisibles qui sentent les émotions des adultes. S’ils perçoivent que leurs parents n’ont pas totalement confiance en toi, la relation avec ces élèves pourrait être plus ardue à tisser. La première journée d’école, c’est un peu comme un rendez-vous à l’aveugle dans lequel un des parties en connait beaucoup plus sur l’autre. Prenez le temps d’apprendre à vous connaitre et ayez toujours une communication « béton » ; c’est partie pour une lune de miel de 10 mois!

Les exceptions

Oui, ça va arriver que le courant ne passe pas extrêmement bien avec certains parents. Dans ces moments, garde ton attitude professionnelle en tout temps et tout ira bien. Encore une fois, si tu es témoin de négligence, il est dans ton devoir professionnel de dénoncer. Si tu es victime d’intimidation ou de manque de respect de la part d’un parent, mets fin immédiatement à la discussion et consulte ta direction. Si tu n’as aucune nouvelle des parents ou qu’il est très difficile de communiquer avec eux, tant que l’enfant n’est pas victime de négligence, fais ton possible et tiens la direction étroitement au courant de la situation. Ils pourront te guider afin d’adopter les comportements les plus adaptés à ta situation. Toutefois, je te rassure, ce sont une minorité de parents que tu croiseras au cours de ta carrière. La grande majorité n’attend que d’apprendre à te connaitre et de constater à quel point tu es incroyable!

Les freins

Un peu comme dans un couple, il y a certaines attitudes, facteurs et réflexions qui nuisent à une bonne relation. Toutefois, en être conscient nous porte à avoir un regard plus réflexif et d’éviter les conflits.

·    Le langage : Il pourrait arriver que le langage constitue une barrière avec les parents. N’hésitez pas à recourir à l’élève dans ces situations. Il comprend bien les deux langues et peut servir de pont entre l’école et la maison. N’oublie pas aussi que le langage universel est le sourire!

·    Les jugements : Tu as eu son frère plus vieux l’an passé et c’était terrible. Enlève cette idée de ta tête! Tous les êtres humains sont différents, frères et sœurs y compris. En ce qui concerne les parents,  tu as déjà commencé à apprendre à danser avec eux alors soit vous continuez de vous piler sur les pieds, soit vous apprenez une nouvelle danse ensemble.

·    Les valeurs : Une maman est enceinte de son septième enfant d’un troisième père différent et elle refuse que ses enfants s’appellent des « demi frères » ou des « demi sœurs ». C’est sa famille et les intervenants n’ont pas un mot à dire sur la manière qu’elle choisit d’éduquer ses enfants (sauf s’il y a négligence. Tu ne pourras pas dire que je ne l’ai pas assez mentionné). Ton rôle, c’est d’accueillir ton élève et ses parents dans leur unicité et de travailler ensemble à les faire évoluer. Le reste, c’est de leurs affaires.

En guise de réflexion finale, encore une fois, dans un couple, si on ne souligne que ce qui cloche dans la relation et tout ce que l’autre a fait de mal alors qu’il essayait d’aider, le couple s’en va tout droit vers un précipice. La relation parents-élève-enseignant doit, elle aussi, miser sur une majorité de communications positives. Égide Royer comparait ce phénomène à une banque ; quand tu fais un commentaire positif, tu mets de l’argent en banque alors qu’un commentaire négatif en retire. Si tu ne fais que sortir de l’argent, votre relation sera dans le négatif. Pense aux dernières discussions que tu as eues avec des parents, est-ce qu’elles étaient surtout positives ou négatives?

Je dis souvent aux parents que nous sommes une équipe pour faire avancer les élèves. Je suis l’experte de la pédagogie et ils sont les experts de leur enfant. Ensemble, nous formons une équipe pour faire évoluer leurs trésors tout au long des 10 mois pendant lesquels ils me seront confiés. Chacun son rôle, chacun sa place, mais les deux sont aussi importants!

Alors maintenant, arrête d’avoir peur des parents. Prends le téléphone (déroule le d’autour de ton cou) et bâti ta relation de confiance avec les parents!

Fais-toi confiance, tu es incroyable!